Tout savoir sur le chemin de Compostelle au départ du Puy-en-Velay

Dernière mise à jour : févr. 26

Après les périodes successives de confinement, le besoin de se ressourcer au grand air se fait sentir. Pourquoi ne pas profiter de l’année jacquaire 2021 pour découvrir le Chemin de Compostelle ? Le Puy-en-Velay est le point de départ d’un des plus beaux chemins de Saint-Jacques. Vous voulez en savoir plus ? La chambre d’hôtes Les Cimes du Puy-en-Velay vous dit tout.


L’histoire des chemins de Compostelle


Qui est Saint-Jacques de Compostelle ?


Saint Jacques de Compostelle est un des douze apôtres de Jésus. Il est aussi connu sous les noms de Jacques le fils de Zébédée, de Jacques le Majeur (en distinction de l’autre apôtre Jacques, dit le Mineur) ou de Santiago en Espagne.


Avec son frère cadet Saint Jean l’Évangéliste, ils étaient surnommés par leur maître Jésus, les « fils du tonnerre » pour leur caractère fougueux et passionné. Ils faisaient partie des trois disciples privilégiés du Christ et les évangiles relatent leur présence dans les épisodes les plus importants de sa vie.


À la mort de Jésus, Saint Jacques fut envoyé évangéliser la Galice. L’Histoire ne ramène pas de preuve de sa présence en Espagne, mais selon les traditions, Jacques le Majeur serait à l’origine du développement rapide du christianisme dans cette zone.

De retour en Judée vers l’an 44, Saint Jacques fut condamné à la décapitation par Agrippa Ier. Il devient alors l’un des premiers martyrs chrétiens.



La légende raconte que sa dépouille fut embarquée par ses disciples dans une barque de pierre qui s’échouera en Galice sept jours plus tard, à l’emplacement actuel de la cathédrale de Saint Jacques.


Mais alors, pourquoi « Compostelle » ? Car il a fallu attendre huit siècles qu’un ermite de la région raconte avoir été guidé vers un champ, par la lueur d’une puissante étoile. Au pied d’un chêne du campus stellae (« champ d’étoile »), il découvrit l’autel où reposait Saint Jacques.


La nouvelle se répandit rapidement dans toute la région et le roi des Asturies aurait été alors l’un de premiers pèlerins à marcher sur Saint-Jacques-de-Compostelle.


Quels sont les chemins de Saint-Jacques de Compostelle ?


Quatre routes historiques guident les pèlerins d’Europe vers la ville de Saint-Jacques-de-Compostelle, en Espagne : la Via Podiensis, la Via Lemovicensis, la Via Tolosana et la Via Turonensis.

Ces routes étaient proposées dans Le Guide du Pèlerin de Saint-Jacques-de-Compostelle, livre V du Codex Calixtinus, manuscrit d’époque regroupant des textes liturgiques et historiques.


Elles passent toutes par de grands sanctuaires bornant la Grande Aquitaine pour se rejoindre à Puente la Reina, en Espagne :

  • La Via Turonensis ou « chemin de Tours », qui démarre de Paris, puis passe par Chartes ou Orléans (deux étapes possibles) pour rejoindre Tours. Longue d’environ 1 500 km, c’est aussi une randonnée très appréciée des cyclistes en raison de son faible dénivelé et de la présence importante de routes goudronnées. Cet itinéraire est enfin particulièrement riche en sites jacquaires et monuments romans ;


  • La Via Lemovicensis ou « chemin de Limoges » d’une longueur de 1 750 km est aussi connue sous l’appellation « voie du Vézelay » en raison du sanctuaire du même nom de laquelle elle part : la basilique Marie-Madeleine. Ce haut lieu de la chrétienté abrite les reliques de sainte Marie-Madeleine et est inscrit depuis 1979 au patrimoine mondial de l’UNESCO ;


  • La Via Tolosana, qui tire son nom de Toulouse par laquelle elle passe, est plus connue sous l’appellation de « voie d’Arles ». Le plus méridional des chemins de Compostelle traverse la Camargue pour rejoindre la ville rose et bifurquer vers les Pyrénées ;


  • La Via Podiensis ou « voie du Puy » tire son nom de la ville du Puy-en-Velay, en Auvergne, où elle prend naissance. Il s’agit du plus fréquenté des chemins de Compostelle, et peut-être aussi du plus beau ! Les raisons en sont simples : l’itinéraire d’environ 1 500 km offre des paysages et un patrimoine à couper le souffle et les hébergements et formules d’accueil des pèlerins sont légion. Aménagée en sentier de grande randonnée depuis 1970 (le GR®65), la voie du Puy constitue le plus ancien « chemin de Saint-Jacques » ouvert en France.


Le Puy-en-Velay, point de départ du plus beau chemin de Compostelle


Pourquoi faire le chemin de Compostelle ?


Bâton à la main et chaussures de randonnée aux pieds, il y a autant de motivations que de pèlerins de Saint-Jacques !

Cependant, quelques réponses récurrentes sont formulées à la question : « Pourquoi faire le chemin de Compostelle ? ».


Tout d’abord, faire le chemin de Compostelle, c’est marcher dans les pas des premiers chrétiens qui l’ont emprunté à partir du XIe siècle et se sentir appartenir à cette communauté qui défie le temps. Il s’agit avant tout d’un (long) moment de partage et surtout de rencontres.


Même pour les « jacquets » en équipe, marcher sur Compostelle répond souvent à un besoin de solitude ou de retour sur soi. Prendre le temps de se ressourcer, s’émerveiller de la nature environnante, dans la prière ou la méditation. D’aucuns considèrent ce pèlerinage comme une grande aventure humaine et gratifiante.


Par ailleurs, s’engager sur les traces de Saint-Jacques peut parfois assouvir un besoin de plus en plus prégnant dans notre société actuelle, fondée sur la surconsommation : une déconnexion totale. Déconnexion du monde virtuel, de son actualité et de ses notifications incessantes, mais aussi déconnexion réelle par une recherche de minimalisme, qui s’avèrera de toute façon nécessaire au vu des dimensions du sac à dos !


Enfin, la performance sportive est une motivation tout à fait honorable pour (par)courir les voies jacquaires ! Quel que soit son âge ou sa condition physique, il y aura toujours un chemin adapté.


Comme l’annonce si bien l’adage : "Le plus important, ce n'est pas l'arrivée, mais le chemin." ; ainsi, athée, sportif, en quête de spirituel ou de nature, chacun trouvera son compte sur le chemin de Compostelle.


Que faire au Puy-en-Velay avant le départ pour le pèlerinage


Le Puy-en-Velay est la capitale européenne des chemins de Saint-Jacques, mais la préfecture du département de la Haute-Loire, en région Auvergne-Rhône-Alpes, a de nombreux autres atouts à dévoiler !

Profitez du séjour avant le pèlerinage pour visiter les monuments remarquables du Puy. Si vous n’avez qu’une journée de visite de prévue, ne ratez pas les incontournables de la ville :

  • la cathédrale Notre-Dame-du-Velay, de style roman, élu 2e monument préféré des Français en 2015 ;

  • la statue Notre-Dame-de-France, qui surplombe la ville du haut de ses 22,70 m et ses 835 tonnes ;

  • le Rocher Saint-Michel d’Aiguilhe, avec ses 268 marches à gravir pour découvrir son époustouflante chapelle ;

  • l’Hôtel-Dieu, monument classé au patrimoine mondial de l’UNESCO au titre des chemins de Saint-Jacques de Compostelle ;

  • le musée Crozatier et ses galeries consacrées aux beaux-arts, à l’ethnologie, aux sciences et aux techniques.

Enfin, inutile de vous charger avant votre départ, mais sachez tout de même que Le Puy-en-Velay est réputé pour sa dentelle, ses lentilles et sa verveine !


Conclusion


Le Puy-en-Velay n’est pas seulement le point de départ du plus beau chemin de Compostelle. La ville a de quoi vous séduire et vous bichonner avant d’entamer votre périple jacquaire !

Après avoir découvert les richesses de son patrimoine historique et culturel, savourez un moment de détente, dans un lieu baigné par l’esprit du chemin de Compostelle : venez profiter d’un espace privatif de balnéothérapie avec spa et hammam à la chambre d’hôtes Les cimes du Puy-en-Velay, située à quelque pas de la cathédrale, en plein centre-ville du Puy-en-Velay.

Enfin, pour voyager en toute légèreté, pensez à La malle postale, service de transport de bagages d'étape.

69 vues0 commentaire